vendredi 17 octobre 2014

Ebauche, Moulin bleu (20)

 

– Sans doute, je ne sais pas quoi, je ne vois pas quoi, mais c’est possible.
– Bon regardons la bête.
 Après un long examen, rien de cassé, Jean-Loup s’occupa de soigner la brebis, Jim et Robert la tenait, elle bêlait et remuait sous la douleur, remise sur pied, elle ne semblait pas très sure, elle fini par regagner le troupeau sous la garde de Jean-Loup.
– Je vais la surveiller, si elle ne retrouve pas le tonus je ne la ramènerais pas dans la plaine…
– Pourtant elle ne va pas trop mal et tu pourrais la porter sur tes épaules pour la descente vers la vallée..
– C’est certain, mais je ne me vois pas dans cette situation.
– Bon, c’est toi qui gères.
– Tu restes avec nous pour la nuit, il se fait tard et cela serait plus prudent.
– Merci, je ne me sentais pas d’attaque pour retourner vers l’estive.
– C’est nous qui te remercions.
 Jim passa la nuit dans leur campement, au petit jour, après avoir partagé un café et un quignon de pain il prend congé de ses hôtes. Après une longue marche, il retrouve ses compagnons d’estives.
– Alors,
- On les a retrouvé dans un endroit très enclavé, l’une d’elle avait une épaule froissée, Jean-Loup l’a soigné mais il ne semble pas disposer à la garder si elle ne se rétablie pas avant le retour.
– Aussi peu enclin à s’encombrer reprit Henri qui le connaissait bien.
 Deux jours plus tard, Robert vient vers eux avec la brebis.
– Hé ! Qu’es-ce qui t’amènes ?
– Le Jean-Loup ne veut pas s’embarrasser de cette brebis, nous avons eu une discussion assez vive et finalement j’ai proposé de la céder à Jim qui nous a bien aidé.
– Tu as bien fait, dit Octave, c’est un gros couillons…
– Ne dis pas cela, reprit Jim, en tout cas merci, dommage que vous ne descendiez pas du même coté que nous, à cinq nous aurions pu la porter, mais je crois que cela ne sera pas nécessaire, je la vois bien faire la route sans notre aide.
– Je n’en doute pas, mais c’est ancré dans sa tête…
 C’était tout là l’esprit de Jim, sa générosité, gentillesse, il n’acceptait pas les « cadeaux », que les cas extrêmes, ce qui en était un, Robert le savait. Son geste en était une reconnaissance.

 Ils partagèrent un verre et un casse croute, puis Robert retourna vers sa besogne, ils avaient discuté à bâton rompu de tout, du temps, de la vie, de l’estive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire