mardi 4 novembre 2014

Ebauche…Moulin bleu (36)



  Ils quitte la galerie, rentre à l’hôtel près de la gare Montparnasse, prennent une douche, vont dîner puis deux places pour un théâtre, » le cercle de craie Caucasien » De retour  à l’hôtel.
 Il fait doux, la douceur de Mai, de celle qui éveille les sens, fait monter la sève.

 Alors que Octave parlait de la toile à Jim, il entreprit de l’effeuiller comme le soir du 1 er Janvier, une fois de plus Jim le laissait faire, sa dualité l’habitait, il ne se crispait pas. Au fur et à mesure qu’une pétale se retirait, une d’Octave volait dans la pièce, ils sont nus, Octave embrasse le creux des reins, une fois encore, Jim frémit, il aime, les lèvres glissent en remontant vers le cou qu’il  embrasse fiévreusement. Les mains passent sur ses tétons, son ventre, caresse les cuisses, le sexe, Jim ne sait quoi faire, il est moins tendu, Octave s’en aperçoit et l’invite à se laisser aller, Jim est entre deux, tendu son sexe, son corps aussi qui ne résiste pas aux caresse, son esprit embrouillé. Octave couvre son cou, ses épaules de baisers, agile comme un singe il se retrouve face à Jim, l’enlace et s’empare de ses lèvres, sa bouche, y pénètre la langue, Jim semble absent, Octave à la fièvre du désir qui monte en lui, il embrasse, suce les seins du garçon, son ventre, il est à hauteur de sa virilité il y dépose un, deux baisers… Jim a les yeux qui s’humidifient Octave ne le voit pas, le garçon les ferme, le corps toujours contracté, son cerveau embrouillé ne réagit pas aux avancées buccales de son aîné…  Jim ne peut rejeter la démarche, au contraire il commence à sentir monter en lui un certain bonheur, inconsciemment, ses mains viennent sur la chevelure d’Octave, la caresse, il se surprend du plaisir qui se manifeste…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire