samedi 15 novembre 2014

Ebauche…Moulin bleu (46)


– Certes, mais ce n’est plus pareil.
– Bien sur, dit Ambroisine, mais la vie de berger ne s’arrête pas pour autant.
– Tu as bien de la chance d’être aimé par Jim.
– Je te remercie du compliment, je l’aime aussi.
– Oui, et après l’estive, une nouvelle page s’ouvrira. Dit Jim.
Ambroisine rougit et donna un baiser à son aimé. Octave blêmi, le regard absent.
– Et toi, tu comptes passer la bague au doigt de Mathilde ?
– J’y compte bien, Jim, et le temps passe avec son cortège d’illusions, de désillusions.
– Ne t’en fait pas, n’ai crainte, elle est belle, gentille et tu peux compter sur notre amitié.
– Je n’en doute pas.

 Dans le village des chambres furent mises à la disposition des éleveurs venus accompagner les bêtes, pour les touristes aussi, demain c’est le départ, le vrai. La moitié de la nuit sonnait, pas au clocher de l’église, mais sur les montres des fêtards. Henri et tous les bergers avaient délaissé les festivités, des tours de gardes auprès des troupeaux, dormir aussi, demain la route sera longue. Petit à petit la salle des fêtes se vidaient, quelques irréductibles troublés par les excès ont bien du mal à mettre un pied devant l’autre, enfin la nuit retrouve son calme, juste troublé par le souffle du vent et quelques véhicules passant sur la route.
  Le son d’un clairon réveil à l’aube les bergers, café, collation, brouhaha de l’agitation des hommes décorant les brebis de quelques fleurs, rubans, les petites clarines pour les meneuses de chaque troupeaux. Le rassemblement est organisé, les villageois, les éleveurs sont là aussi, de même ceux qui suivront par la national 129 le parcours de la transhumance, elle est prend les chemins de traverses pour éviter tout contact avec les automobiles qui passeraient par là. Rendez-vous à Uglas ! C’est là que les troupeaux vont traverser la national 117, la transpyrénéenne, très fréquentée. la CRS de Lannemezan est mis à contribution pour régler la circulation, veiller à la bonne traversée de l’autre coté c’est la descente vers la vallée d’Aure.

 Saint-Lary-Soulan accueillera pour la nuit cette caravane. Le lendemain matin, en route pour retrouver les pâturage de montagne, l’estive prend ses aires d’été…C’est là aussi que les éleveurs qui accompagnaient les bergers vont les quitter. Retour au pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire